Des élites (françaises) féodales et incompétentes

Entretien sans concession avec François Garçon sur les élites hexagonales.

Spécialiste de la Suisse et de la formation des élites, François Garçon ne mâche pas ses mots sur le mode de fonctionnement endogène des élites françaises. « Motivées par la rente et la toute puissance que leur procurent leur diplôme », cette exception française expliquerait nos blocages à l’aune des comparaisons internationales que propose le chercheur, auteur et enseignant-chercheur à l’université Paris I. Entretien.

Jean-François Fiorina (FF) : il y a chez vous deux sujets qui m’intéressent, qui sont la Suisse et les élites. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous y intéresser et particulièrement aux élites ?

François Garçon (FG) : à 50 ans, après avoir participé au lancement de Canal+, travaillé à TF1 et créé plusieurs sociétés, je me suis retrouvé au chômage. Muni de mon « seul » doctorat, j’ai découvert qu’en France, le marché du travail était surplombé par un plafond de verre qui m’avait échappé notamment quand je travaillais pour mes actionnaires américains et anglais : le diplôme. J’ai alors découvert – avec stupéfaction – ce qu’était l’élite française : des anciens premiers de classe constitués en castes, aux comportements souvent féodaux. A leurs yeux, le diplôme valait toutes les expériences ! Et mon doctorat était un diplôme qui ne valait guère plus que le BEPC.

Le mal est endémique. Citez moi sur la planète un journal comme Les Echos qui, tous les jours, informe si tel dirigeant sexagénaire passant du marketing de Total à la DRH de Thalès (ça doit exister !) est ancien élève de l’ESSEC ou de HEC. Et les nécrologies valent leur poids en cacahuètes : on vous précise que le décédé, âgé de 92 ans est ancien « agrégé de l’université » ! Cette information passe devant toutes les autres. Ces breloques scolaires sont pathétiques, comme le sont les décorations sur la veste du dictateur nord coréen. En Suisse, un an après votre diplôme, on ne sait même plus d’où vous vous venez. Seuls les résultats obtenus dans votre vie professionnelle comptent. Qu’avez-vous fait dans votre précédent poste ? Ça me paraît clairement plus sain que de savoir dans quelle école vous étiez voilà quarante ans.

Le caractère féodal des dites élites françaises se lit encore dans les hiérarchies entre les écoles. On se déplace horizontalement, sans jamais pénétrer la caste supérieure qui s’entend pour ne recruter que des clones à son image, issu du même parcours. Regardez le pullulement de la promotion Voltaire autour de François Hollande. Cette élite a su aussi étaler sur grande échelle son incurie : je songe à Areva, au Crédit Lyonnais, et à tous ceux qui, en soute, payent les pots cassés.

JFF : qu’est ce qui peut expliquer cet archaïsme ?

FG : le principal ressort se nomme la rente. Lorsque vous entrez à HEC, à Polytechnique, à l’ENA, la société française fait de vous un rentier. Et à l’instar du système féodal, il y a des gradations dans le système de rente, que les rentiers connaissent très bien. À Canal Sat, mon équipe en charge du développement international était composée de quatre cadres supérieurs. L’un d’entre nous était un X sorti ensuite 3ème à l’inspection des Finances. Il y avait un autre énarque, sorti lui dans la préfectorale. Il ne s’est passé une semaine sans que ce dernier vienne se lamenter de n’avoir pas obtenu une bonne place dans le classement de sortie de l’ENA, quinze ans plus tôt. Il était « mal sorti ». Dans l’aristocratie scolaire française, il se savait identifié comme étant un médiocre, une sorte de Claude Guéant !

La France est un cas unique, en Europe : notre « excellence » est purement scolaire, basée sur des connaissances apprises et recrachées par cœur. Elle vous permet d’accéder à un poste où vous serez indéboulonnable, votre vie entière.

JFF : en Angleterre avec Oxford et Cambridge, n’est-ce pas le même système?

FG : je suis passé par Oxford : avec environ 20 000 étudiants, ça n’est pas vraiment microscopique ! Cambridge a un peu plus de 21 000 étudiants. En outre, la moitié des étudiants viennent d’Inde, du Pakistan, des Etats-Unis, etc. J’ai enseigné vingt ans à Polytechnique, à Palaiseau. A l’époque, les promotions étaient de 300 élèves…

Le milieu des grandes écoles françaises, celles qui procurent les vraies rentes de situation, est totalement étriqué. L’Angleterre peut aussi avoir certains rentiers. Je note que s’il s’en trouve, ils sont peu nombreux et sont plutôt passés par le doctorat. L’exercice de la thèse est unique, en ce sens qu’elle est un très long chantier, un exercice d’humilité qui s’éternise sur plusieurs années. J’ai travaillé 7 ans sur ma thèse en histoire, gagnant ma vie en parallèle puis bénéficiant de deux bourses d’Oxford et du Fonds National Scientifique suisse. Une thèse vous oblige à connaître tout ce que vos prédécesseurs ont écrit sur le domaine que vous déflorez, dans toutes les langues. Au final, cet interminable marathon se termine devant un jury, qui souligne les faiblesses qui subsistent dans votre chef d’œuvre. La thèse est un exercice intellectuel qui requiert donc une grande humilité doublée d’une détermination sans faille. On est aux antipodes du concours pour chien savant avec classement final, sur sujet imposé, le tout chronométré par un vigile circulant entre les tables d’examen.

JFF : à vous entendre, c’est dramatique. Des solutions ou sont-elles condamnées ?

FG : j’en vois une : instaurer une discrimination positive (« affirmative action ») en faveur des patrons de PME. Il faut que dans tous les organismes élus, il y ait des patrons de PME qui fassent valoir les intérêts des PME. Ils ont peut-être d’autres priorités que d’aller siéger dans des conseils universitaires comme personnalités du monde professionnel. Résisteront-ils à des ordres du jour informes, avec des CA tous les trois mois s’éternisant six heures, en présence d’élus étudiants bavards ? On peut rêver.

Il faut donc mettre partout des patrons de PME. Quand je vois qu’il y a 44% de fonctionnaires à l’Assemblée Nationale et au Sénat, eux-mêmes souvent fils et filles de fonctionnaires, il est clair que la France va dans le mur. Pays du plein emploi et de la TVA à 8%, la Suisse est dirigée par des patrons de PME. Les grands groupes se tiennent à l’écart.

JFF : que pensez-vous de l’apprentissage pour un établissement de l’enseignement supérieur ?

FG : pour moi, l’apprentissage qui fonctionne, le seul qui fonctionne à ma connaissance, est l’apprentissage dual. C’est celui que pratiquent les Allemands, les Autrichiens ou encore les Suisses. C’est celui qui, à l’âge de 12-13 ans amène un enfant à s’intéresser à une entreprise avec le concours actif et positif des enseignants, et le plein soutien des parents. Les jeunes collégiens ne vont pas simplement visiter un musée mais également des entreprises. Ils postulent à 14 ans pour un apprentissage précis, passent un voire deux ou trois test à l’âge de 15 ans et, à la sortie de la scolarité obligatoire, savent qu’ils commencent un long parcours sur une voie d’excellence. En France, les textes de loi stipulent sans équivoque que l’apprentissage est destiné aux recalés de l’école, à ceux qui ne sont pas « scolaires ». En Suisse, 3 jours et demi par semaine, le jeune apprenti se cale sur le rythme de travail du salarié qui a 30, 40 ans d’ancienneté dans l’entreprise ; Le reste de la semaine, l’apprenti suit des cours dans un centre de formation pour compléter son apprentissage pratique. Tel est l’apprentissage dual qui dure entre deux (rarement) et quatre années. Je le répète, c’est le seul qui marche. J’en veux pour preuve les visites qu’ont fait dernièrement les officiels chinois pour importer ce modèle en Chine ou encore l’accord signé en avril dernier par J. Baker, le ministre américain du Travail, venu conclure à Berne un accord de transfert de compétences aux Etats-Unis. A ma connaissance, ces officiels ne se sont guère intéressés à l’apprentissage français initial ou en alternance, sans doute bien renseignés sur la déliquescence de notre système. Malheureusement pour nos gamins pris dans la nasse.

Pour mémoire, le taux de chômage en Suisse est de 3,2%, guère plus chez les jeunes chez 15-24 ans.

A l’opposé, l’obsession française de vouloir amener tout le monde au doctorat, est grotesque. Elle a dû germer dans le cerveau de gens qui n’ont jamais fait de doctorat, de gens qui n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise, hormis un bref stage ouvrier. Par des gens qui n’ont peut-être jamais mis les pieds dans une université. C’est même probable.

JFF : ce système suisse pourrait être transposable en France ?

FG : oui, il suffit de vouloir réellement changer les choses et non ravauder un édifice promis à l’écroulement. Il faut responsabiliser les citoyens en les confrontant directement aux conséquences de leurs décisions politiques.

Donc, pour répondre à votre question « y a-t-il des outils transposables ? », je pense que le système des votations, pas simplement consultatives, amènerait les citoyens à être moins dupes, moins crédules, à réfléchir. Et les politiques devraient s’expliquer sur les décisions qu’ils prennent.

JFF : pensez-vous que les Français, d’un point de vue sociologique, sont prêts à franchir ces étapes ?

FG : Nous sommes tous prêts. Dusse notre arrogance en souffrir, nous n’avons rien de si exceptionnels sur la planète. Astérix est un type amusant, mais c’est une BD. Rappelez-vous, lorsque le port de la ceinture de sécurité a été rendu obligatoire. Des articles parus dans Le Monde pronostiquaient que ça ne passerait jamais ! Aujourd’hui, 100% des Français se ficellent en voiture. Ou encore quand on a commencé à importer des voitures japonaises : la presse annonçait un fiasco car, disait-on, « les Français sont attachés à leurs marques nationales », etc. Aujourd’hui, 25% du parc auto français est japonais. Soyons optimistes : les Français peuvent très bien comprendre où est leur intérêt. En revanche, ce qui s’annonce surhumain, c’est de faire sauter le classement de sortie de l’ENA !

JFF : on en revient au point de départ…

FG : il faut expérimenter la démocratie directe avec l’instauration d’une part du droit de référendum, qui permet aux électeurs de s’opposer légalement à une loi votée et, d’autre part, de l’initiative populaire, qui permet à ces mêmes électeurs de proposer par voie légale des changements ou des aménagements institutionnels. Il n’est plus possible que les lois émanent de quelques personnalités. De quel crédit la ministre de la Justice peut-elle aujourd’hui se prévaloir après avoir annoncé la fin du délit de non possession du permis de conduire? Mesurez-vous qu’il ne s’est même pas trouvé un type assez courageux dans son ministère pour lui dire qu’il s’agissait d’une initiative aussi idiote que nocive ! À ma connaissance, nulle part sur la planète le permis de conduire n’a été supprimé. On doit donc pouvoir civiliser les Français, autrement dit les impliquer dans le processus législatif. Et surtout ne plus jamais recourir au référendum classique, celui que nous connaissons, à question binaire, qui permet au râleur de répondre « non » sans avoir seulement lu la question.

JFF : dans un autre ordre d’idées, il y a beaucoup de débats en ce moment sur l’université française, sa surpopulation, son manque de moyens, quelle est votre vision ?

FG : manque de moyens ? J’en doute fort ! Il y a plutôt une mauvaise utilisation des ressources. Notre population estudiantine est la même qu’en Angleterre : 2,4 millions étudiants. A cette différence qu’en Angleterre, les étudiants payent 11 000 euros de frais d’inscriptions pour l’année, quand mes étudiants en Master 2 payent 280 euros. Ce ne sont donc pas les frais d’inscription qui dissuadent les étudiants de s’inscrire. Mais, question plus essentielle, quelle visibilité l’université française a-t-elle sur les gens qu’elle diplôme ? Aucune. Aussi longtemps qu’aucune université n’éditera un annuaire avec les noms et coordonnées de ses diplômés, elle sera incapable de savoir ce qu’ils deviennent.

L’université ignore ainsi s’il y a adéquation entre ses diplômés et le marché où atterrissent ses diplômés. Et pourtant, n’est-ce-pas ce qui compte ! Si vous faites un doctorat d’histoire ou de psychologie et que vous vous retrouvez plagiste, vous ne figurez certes pas sur les listes de Pôle Emploi, mais la collectivité, en finançant vos études, n’a-t-elle pas gaspillé une ressource publique dès lors mal affectée ? Le fondamental est : « que deviennent les étudiants ? ». Notre offre de formation est-elle adaptée au marché ? Poser cette question n’est pas se soumettre aux « diktats du grand capital », mais rendre service à des jeunes dépourvus de tout repère.

JFF : quelle doit être la fonction de l’université ? La transmission de savoirs sans s’intéresser à la professionnalisation ou bien doit-elle préparer à un métier ?

FG : Les masters recherche peinent aujourd’hui à recruter. Cela veut dire que les étudiants visent la professionnalisation. Si la connaissance pure était leur moteur, ils se rueraient pour faire des thèses, ce n’est pas le cas. Et qu’on vienne me démontrer que les étudiants dans les filières, du style de celle que je dirige, sont plus stupides, moins « critiques » que ceux inscrits dans les filières recherche. J’attends la démonstration avec gourmandise !

JFF : une dernière question. La Suisse a de très belles écoles qui attirent beaucoup, mais il me semble qu’il y a quelques voix qui commencent à s’élever contre la forte présence des étudiants étrangers dans leurs belles écoles…

FG : la Suisse compte 12 hautes écoles universitaires ; les dix universités et les deux écoles polytechniques fédérales de Zurich et Lausanne. Si j’étais Français, je m’intéresserais plutôt aux hautes écoles spécialisées, situées elles aussi au niveau supérieur, qui me semblent être plus intéressantes, et mal connues. Elles s’inscrivent dans la continuité de l’apprentissage. C’est là que l’on forme des techniciens de haut niveau que se disputent les industries forestières ou chimiques. Le cœur du système de réussite suisse est l’apprentissage dual combiné avec ces hautes écoles spécialisées.

La présence d’étudiants étrangers n’est pas un vain mot : au niveau des Hautes écoles universitaires, on comptabilise environ 40% d’étudiants étrangers, beaucoup plus au niveau du doctorat. Le cosmopolitisme est poussé, avec plus de 60% d’étudiants étrangers dans les deux écoles polytechniques fédérales.

Pour ce qui est de la xénophobie rampante, elle est aujourd’hui l’apanage d’un parti politique, l’UDC, qui représente 29% de l’électorat suisse, sans doute davantage demain. Pour l’instant, ce parti ne dicte pas sa loi et ne la dictera jamais, tel est le jeu consensuel suisse. Les budgets consacrés à l’enseignement sont des budgets considérables, double de ce que l’on trouve en France (par étudiant).

JFF : votre prochain livre ou votre prochaine réflexion sur l’éducation portera sur quel sujet ?

FG : j’ai deux livres en préparation : une comparaison entre la Suisse et Israël sur la façon dont Israël initie un grand nombre de start-ups très prometteuses, puis les vend à des groupes étrangers. J’interroge cette culture de l’exit qui prospère faute de trouver sur place les techniciens de haut niveau permettant le développement sur place de ces start-ups. Contrairement à la Suisse, Israël ne dispose pas en effet de la force de travail intermédiaire qui permet d’industrialiser sur place les processus de fabrication.

Le second est un ouvrage sur l’extrême nocivité des « élites françaises ».

JFF : toute dernière question, quel conseil donneriez-vous en tant que directeur d’une grande école pour transformer cette élite ?

FG : créez votre propre boîte, voyagez, enrichissez-vous de toutes les expériences possibles. Soyez humbles, même si cela vous est difficile au début, car vous êtes Français, je ne l’ai pas oublié. Posez sans arrêt mille questions, partez du principe simple que vous n’avez rien appris, que vous ne savez rien. Allez vous enrichir ailleurs puis, un jour, revenez mettre cela à profit dans le pays.

Quant au discours « Vous devez ça à la France, vous devez donc revenir au pays », il ne passe pas. On ne doit rien au pays dans lequel on est né et où l’on a été éduqué. Au lieu de brandir une créance improbable, c’est à ceux qui sont aux manettes, aux politiques, de faire en sorte que le pays dont ils assurent la gestion reste attractif auprès de sa jeunesse.

François Garçon vient de sortir, « La Suisse, pays le plus heureux du monde » aux éditions Tallandier. Sept. 2015.

Posté par Démocrite - Posté le 7 novembre 2015 à 14 h 19 min

Excellent, rien à rajouter, sinon de multiples exemples qui confirment le diagnostic.

Posté par Dominique - Posté le 20 mars 2016 à 12 h 48 min

Tellement vrai. On le subit tous les jours dans nos grandes entreprises Françaises

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*