Accueil > évaluation, LRU, non publiants, publiants, recrutement, Suisse > Du recrutement à l’évaluation, les vices français

Du recrutement à l’évaluation, les vices français

Publié le : 5 juin 2012 - Mot Clés : , , , , ,

D’une manière générale, le recrutement dans l’enseignement supérieur français est bâclé. A quelques exceptions, comme à l’IEP ou la Toulouse School of Economics, les professeurs pressentis ne donnent pas de leçon publique devant les étudiants de l’établissement, ni n’animent un séminaire de recherche devant leurs collègues et les étudiants de l’école doctorale dont ils pourraient dépendre, ni ne sont encore invités à rester un jour sur le campus où leur sont présentés tous les membres du département dont ils font alors connaissance. Ni, évidemment, ne leur sont remboursés leurs frais de déplacement ou d’hébergement. Le recrutement, pardon l’élection d’un pair, se concocte ici en une poignée de minutes (entre 20 et 35 mn). Les candidats, en nombre souvent pléthoriques, font la queue dans le couloir, découvrant à l’occasion que bons copains, ils sont là en concurrence. Bref, de cette colonne de distillation ne sort généralement que du mauvais vinaigre, même si les individus peuvent être de qualité. Tout est fait pour vicier la mécanique, introduire un mauvais esprit dans un processus qui déterminera l’ambiance confraternelle ou inamicale pendant quelques dizaines d’années. Le recrutement batard “à la française”, que nul n’ignore, implique copinage et délits d’initiés. Voilà pourquoi l’évaluation dont il est question dans la LRU est si combattue. Les opposants redoutent qu’après un recrutement dont ils ont pu mesurer la corruption, l’évaluation soit de même farine. A leur décharge, le fait qu’on ait pu imaginer des “notes-sanctions” aux enseignants-chercheurs non publiants, prouve que les partisans de l’évaluation, qui est absolument nécessaire, n’ont pas étudié comment celle-ci se pratiquait en Suisse, en Grande-Bretagne, au Canada, bref, ailleurs. Une nouvelle fois, les brillants cerveaux français, provinciaux en diable, ont cru bon d’imaginer, d’inventer. Et leur invention, i.e. noter des professeurs du supérieur comme peuvent l’être des canassons dans Paris Turf, ne déplairait pas au docteur Mabuse.

Vos avis et commentaires

Connectez-vous pour commenter, ou saisissez vos informations ci-dessous

Posté par Jesse Pinkman - Posté le 11 septembre 2012 à 12 h 50 min

Lire docteur Mabuse !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

L'édito

Edito

La ferveur des politiques pour l’apprentissage est inversement proportionnelle à la désaffection des jeunes gens concernés qui, en masse et depuis des années, s’en détournent. Comme si,... Lire l’édito

Actualités du blog

L’Education nationale, la grande faillite française

9 mai 2017

L’Education nationale, la grande faillite française

Le premier tour de l’élection présidentielle française fait ressortir la nette attirance des électeurs pour...

Lire l'article

Place aux doctorats en chocolat !

25 mars 2016

Place aux doctorats en chocolat !

Entre autres vertus, la mondialisation permet de mieux voir nos faiblesses. Ainsi, dans l’éducation, les tests...

Lire l'article

Derniers ouvrages

La Suisse, Pays le plus heureux du monde

La Suisse, Pays le plus heureux du monde

La Suisse est le pays le plus heureux du... Consulter la fiche

Formation : l'autre miracle Suisse

Formation : l'autre miracle Suisse

Si la Suisse a acquis une réputation... Consulter la fiche